Ile Longue 1914-1919
Ile Longue 1914-1919, le camp de prisonniers

Dieser Internet-Auftritt verfolgt das Ziel, möglichst viele Informationen über das Internierungslager auf der Ile Longue zusammenzustellen, damit Historiker und Nachkommen der Internierten sich ein Bild von den Realitäten dieses bisher wenig bekannten Lagers machen können - nicht zuletzt auch, um die bedeutenden kulturellen Leistungen der Lagerinsassen zu würdigen.

Le but de ce site est de prendre contact avec les familles des prisonniers allemands, autrichiens, hongrois, ottomans, alsaciens-lorrains... qui ont été internés, pendant la Première Guerre mondiale, dans le camp de l’Ile Longue (Finistère).

Le vapeur autrichien « Gradac »
Article mis en ligne le 4 juin 2015
dernière modification le 24 septembre 2016

par Gérard
logo imprimer

Le navire autrichien « Gradac », armé à Raguse (aujourd’hui Dubrovnik, en Croatie) effectue la traversée de Taganrog (port russe de la Mer Noire) à Anvers et vient de faire escale en Turquie, à Zounguldak du 21 au 22 juillet 1914, lorsqu’il est intercepté, le 7 août 1914, par 49° de latitude Nord et 4°30’ de longitude Ouest par le croiseur français « Desaix ». Outre 4 800 tonnes de lentilles, millet et orge qui sont saisies, les 6 officiers et les 18 hommes d’équipage sont capturés. Le capitaine, Anton Batinic, passera 7 mois à l’Ile Longue. Trois membres de son équipage seront également internés dans ce camp.

JPEG - 32.4 ko

compte rendu de saisie par le commissaire de la marine Armand Le Hénaff

"L’an mil neuf cent quatorze le sept août à neuf heures du soir étant par 4°5 de longitude Ouest et 49 de latitude Nord, je soussigné Le Hénaff Armand Antoine, commissaire de 1ère classe de la marine désigné à cet effet par le commandant, me suis rendu à bord du vapeur autrichien Gradac armé à Raguse, venant de Tangarog à destination de Anvers et Rotterdam ayant relâché à Zoungundldak (Turquie d’Asie) du vingt et un au vingt deux juillet mil neuf cent quatorze sous le commandement de Mr Batinic.

Le dit navire sommé préalablement de s’arrêter après avoir constaté par papiers de bord que le dit navire était de nationalité autrichienne, attendu qu’il résulte des connaissements que ledit navire transporte environ quatre mille huit cents tonnes de lentilles, millet, orge et blé à destination de Anvers et Rotterdam, la totalité formant à tous égards plus de la moitié du chargement, j’ai déclaré le navire saisi en vue de sa conduite dans un port de prise, je me suis fait remettre les papiers du bord ci-après :

  1. Certificato di Registro
  2. Ruolo d’Equipagho
  3. Vingt sept connaissements au nom de monsieur Louis Dreyfus et Cie
  4. Certificato di Stazaturo
  5. Patentes de santé
  6. Reçus de l’administration des phares
  7. Certificats divers (canal de Suez - Llyod register - Bureau Véritas - Reçu de douane - certificat de tonnage - Bulletin d’essai)
  8. Journal de navigation au long cours
  9. Journal de bord

qui ont été récupérés dans un paquet dûment scellé. J’ai dressé un état portant en outre des papiers de bord, inventaire sommaire du bâtiment et du chargement et inventaire sommaire des effets et instruments nautiques appartenant au capitaine et à l’équipage.

J’ai fait fermer les panneaux des cales et des soutes et apposer des scellés au nombre de onze.

Requis d’apposer également son sceau sur lesdits paquets et ouvertures le capitaine du Gradac a procédé à cette opération sur le paquet contenant les papiers de bord.
De tout ce qui précède j’ai dressé le présent procès-verbbal en double expédition dont l’une pour être remise au capitaine du Gradac, lequel a signé avec moi après lecture.

signé : Batinic et Le Hénaff"

Sources :
service historique de la défense (marine), SSEa 397
archives départementales du Finistère 9 R 90 et 9 R 92

Traité de l'Elysée

Visiteurs connectés : 2

Ce site comprend : 352 articles et 631 documents.
Ce site a reçu 163042 visites depuis son référencement, le 27 décembre 2012
Espace rédacteurs  |  Contact  |  Plan du site  |  ESCAL  |  Suivre la vie du site(RSS 2.0)
SPIP
Centenaire de la première guerre