Ile Longue 1914-1919
Ile Longue 1914-1919, le camp de prisonniers

Dieser Internet-Auftritt verfolgt das Ziel, möglichst viele Informationen über das Internierungslager auf der Ile Longue zusammenzustellen, damit Historiker und Nachkommen der Internierten sich ein Bild von den Realitäten dieses bisher wenig bekannten Lagers machen können - nicht zuletzt auch, um die bedeutenden kulturellen Leistungen der Lagerinsassen zu würdigen.

Le but de ce site est de prendre contact avec les familles des prisonniers allemands, autrichiens, hongrois, ottomans, alsaciens-lorrains... qui ont été internés, pendant la Première Guerre mondiale, dans le camp de l’Ile Longue (Finistère).

Le yacht italien « Argo »
Article mis en ligne le 4 juin 2015

par Gérard
logo imprimer

Le yacht italien « Argo » est capturé par le cuirassé « Bouvet » et amené à Port-Vendres le 11 novembre 1914. Il transportait environ 150 réservistes allemands dont 120 ont été internés à l’Ile Longue.

Note au sujet de l’ « Argo », en date du 29 novembre 1914 :

« Le vapeur italien « Argo » a fait un premier voyage de Barcelone à Gênes en passant par le Sud de la Sardaigne avec 150 Allemands. Pendant son séjour à Gênes, le capitaine de l’ « Argo » s’est entendu avec notre Consul Général pour prévenir notre service de renseignements à Barcelone de son départ de cette ville à son prochain voyage de Barcelone à Gênes, s’il avait à bord des réservistes allemands. Le 7 novembre, pendant la traversée de retour de Gênes à Barcelone, l’ « Argo » a été arrêté et amené à Toulon comme suspect.

A Toulon, le capitaine de l’ « Argo » faisait les mêmes propositions concernant la prochaine traversée et convenait d’une adresse à nom supposé avec un officier du service des renseignements. Le Préfet Maritime de Toulon en fut avisé.

Effectivement, le 11 novembre, le « Bouvet » capturait l’ « Argo » et l’amenait à Port-Vendres ; il avait à bord 150 réservistes allemands.

Le Préfet Maritime adressa un rapport au Ministre de la Marine sur la saisie de l’ « Argo » en date du 14 novembre. Le 16 novembre, à la réception du rapport, ordre télégraphique fut donné au Préfet Maritime de relaxer l’ « Argo ».

Le Préfet Maritime, pour raisons de discrétion, envoya le 17 l’ordre de relaxation. Cette lettre n’est parvenue que le 19 au matin et ce n’est que le 19 au soir, après certaines formalités de douane, que l’ « Argo » a pu appareiller. C’est le 17 novembre, pendant cette correspondance un peu longue, que le capitaine de l’Argo » a écrit une lettre au Président de la République.

Ne voulant voir dans les actes du capitaine de l’ « Argo » que la manifestation de bons sentiments qu’il dit professer pour la France ; considérant qu’il a conduit son bâtiment de façon à amener la capture de 150 réservistes allemands et cela dans des conditions qui lui faisaient courir personnellement de réels dangers, tenant copte aussi du long retard apporté à sa relaxe du fait d’un surcroît de précautions pris par le Préfet Maritime de Toulon, j’estime qu’il y aurait lieu de le remercier du concours qu’il a donné à la mission de nos croisières et je proposerais de lui faire parvenir par l’intermédiaire de notre Consul Général à Gênes une somme de 2.000 francs.

En raison de la participation du Chef Mécanicien de l’ « Argo » dans les mouvements de ce vapeur et de son entente avec le Capitaine, je crois qu’il serait à propos de lui donner à lui-même une récompense personnelle : 500 francs par exemple.

Le Vice-Amiral, Chef d’Etat-Major Général de la Marine, signé Pivet »

Finalement le capitaine recevra 1000 francs et le chef mécanicien 250.

Source : archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, affaires politiques, dossier « guerre de 1914-1914 », article 1149 (microfilm P/1253)

Traité de l'Elysée

Visiteurs connectés : 0

Ce site comprend : 352 articles et 631 documents.
Ce site a reçu 170229 visites depuis son référencement, le 27 décembre 2012
Espace rédacteurs  |  Contact  |  Plan du site  |  ESCAL  |  Suivre la vie du site(RSS 2.0)
SPIP
Centenaire de la première guerre